Channels/Banshee Bikes

Banshee bikes was “Born on the shore” in 2001 and have been making some of mountain biking’s strongest and most capable enduro, trail and downhill bikes available to date.

Latest Photos

6pts
05/12/2018
4pts
07/11/2018
Ca fait bizarre de se retrouver pointer par un fusil.. Une petite mésaventure malheureusement bien d'actualité nous est arrivée cette après-midi alors que nous roulions. J'étais en tête d'un groupe de trois, casque blanc sur la tete et frein couinant comme pas possible, en bref, pas vraiment discret. En sortie de piste, je repère de loin un chasseur, fusil en bandoulière à l'épaule. Alors que je m'en rapproche en suivant la piste, il m'entend arriver, et premier réflexe, attrape son fusil et le pointe dans ma direction. Assez près de lui pour qu'il reconnaisse un humain, et pour que je vois avec certitude qu'il n'a pas le doigt sur la gâchette, je me rassure à l'idée de ne pas être la prochaine Une du Dauphiné. Interloqué par ce premier réflexe, je l'interroge, m'a-t-il pris pour du gibier? "Oh bah vous savez, nous ça nous surprend. On entend du bruit, on sait qu'il y'a les sangliers pas loin, alors voilà on attrape le fusil" Ayant croisé certains de ces collègues avec qui nous avons échangé, sur un chemin plus en amont, je lui demande si personne ne l'a prévenu que des vttétistes étaient dans les parages. "oh bah non, et puis les talkies, hors de question !" .. Sans chercher de logique à cette réponse catégorique, je ne relance pas le sujet. Je remarque alors qu'il est assez joviale, près à discuter comme si de rien était. En jetant un coup d'oeil au 4x4 garé à coté, je remarque une bouteille de vin bien entamée. Et vu l'haleine de mon interlocuteur, c'est clair que chasse et apéro vont de paire. Dans combien de verres aurait il tiré avant de remarquer que je n'étais pas un sanglier ? Remettant encore ironiquement sur le tapis le fait qu'il m'ait pointé avec son arme, il me répond qu'il chasse depuis 50 ans et n'a jamais connu d'accident. Ni rassurant, ni convainquant. Et pour en revenir aux chasseurs présents en amont, nous leur avons demandé si la zone de chasse s'étendait plus loin, et avons bien sur remarqué les panneaux "chasse en cours". Ceux ci nous on vaguement indiqué jusqu'où ils étaient postés, et nous avons choisi de descendre sur un sentier bien marqué, plus loin que le dernier chasseur, et à l'entrée duquel aucun panneau "chasse en cours" n'avait été disposé. La conversation, sans être tendu mais pas franchement courtoise, prouvait bien qu'on les gênait. Leur conseil de mettre un gilet jaune m'a sur le coup fait sourire, d'où ma réponse de porter des lunettes adaptées, plutôt que de nous conseiller ça. D'autant que trois riders, habillés en habits de vélos colorés, roulant sur des vélos colorés, et portant des casque plutôt visibles sont dur à confondre avec du gibier.. Pas tant que ça finalement. Après cette mésaventure, la remarque du chasseur m'ayant pris à première vue pour un sanglier a alors pris tout son sens. "On entend du bruit, on sait qu'il y'a les sangliers pas loin, alors voilà on attrape le fusil". On entend... Avant même de voir. Je comprends tout à fait qu'il faille se tenir près, mais la notion de bruit m'a paru prévaloir largement sur celle de vue. Alors dans tous les accidents dont on a tant parlé dernièrement, je doute que la notion de visibilité de la victime soit à remette en cause. Et puis merde, on est dans les bois, pas au bord de l'autoroute. On profite de la nature comme on l'entend, pas la peur au ventre, une clochette au cou et affublé d'un gilet jaune. Je ne remets pas en doute les compétences de ce chasseur, et je pense que cette mésaventure est plus le fruit d'un mauvais réflexe de ce chasseur, que d'une vraie mise en danger de ma vie. Il n'empêche que je reste convaincu qu'un bon chasseur est un chasseur sobre, et que si ceux ci communiquaient entre eux, ceux en amont auraient prévenu ceux en aval de notre présence et de notre arrivée possible. Ou nous auraient brifé sur leur chasse, et nous auraient demandé d'attendre ou d'emprunter un autre chemin. Ca ne m'empêchera pas de remonter sur mon vélo demain, ni les jour suivant d'ailleurs. En 10 ans de vélo et en 24 ans de déambulation dans les forets, c'est la première fois que quelque chose de semblable m'arrive, et je l'espère la dernière.